Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/01/2007

Les griots

medium_suso2.jpgDétenteurs et gardiens de la mémoire collective du Sénégal et des familles africaines, les griots perpétuent la tradition orale.
S’accompagnant de la kora, du balafon ou d’un luth, ils relatent par le biais de chants, de chroniques et de récits les légendes et l’histoire du village ou du pays dont ils ont mémorisé tous les évènements importants. Leur rôle est primordial dans la conservation et la transmission de la culture orale.
Musiciens, chanteurs, conteurs, bardes ambulants, ces maîtres incontestés de la parole et de la musique vont de village en village chanter les louanges d’un lignage ou d’un clan qui le paie à cet effet. Ils peuvent parler pendant des heures et des heures, voire des journées entières, en utilisant les ressources de leur mémoire imprégnée des connaissances léguées de griot en griot au cours des générations. Ils se déplacent aussi de famille en famille pour animer les principaux évènements de la vie (mariage, circoncision, funérailles, soirées de divertissement) et flatter les invités. Ils leur arrivent d être médiateurs dans les conflits familiaux et villageois.

N’importe qui ne peut pas être griot. C’est une profession et un art qui se transmettent par lignage. Une femme peut être griote; elle est alors surtout chanteuse et développe une voix puissante et aiguë qui porte fort et loin.

Aujourd’hui, les griots évoluent avec la société qui se modernise mais demeurent très populaires et, bien que descendants de caste inférieure, conservent une importance considérable. En plus de leurs activités traditionnelles, ils peuvent conseiller en amour comme en affaires ou en communication, être appelés à pousser les sportifs à se surpasser en faisant leur éloge (lutteurs, footballeurs, notamment). Certains d’entre eux ont créé des groupes musicaux qui se produisent tant en Afrique qu’à l’étranger (Youssou N’Dour, Touré Kunda, etc.).
Souvent féticheurs, les griots sont aussi grands pourvoyeurs d’amulettes, de gris-gris, de poudre d’invisibilité, indispensables à tout Sénégalais qui part pour un long voyage.

Après leur décès, les griots étaient autrefois inhumés avec leurs bijoux et armes à l’intérieur de baobabs. medium_griots-tombeau.2.jpgPeu après le retour à l’indépendance du Sénégal (1960), ils ont voulu être enterrés dans des cimetières comme tout le monde malgré les réticences des vieux sénégalais qui prétendaient comme leurs anciens qu’un griot dans un tel lieu signifie pénurie de pluie.

Ne serait-ce pas dans les années 1970 qu’a commencé une grande sécheresse au Sahel ?

14:55 Publié dans Sénégal | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.