Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2007

L'alphabétisation au Sénégal selon Ousseynou N'Diaye

medium_IMG_1686.jpg

Comme dans beaucoup de pays en voie de développement, l'illettrisme et l'analphabétisme sont importants au Sénégal et sont un frein à la croissance. L'enseignement public est pourtant d'assez bonne qualité si on le compare à d'autres pays d'Afrique. Le problème vient en fait des zones rurales qui sont vraiment défavorisées. La création au milieu des années 90, des «volontaires de l'éducation», ces jeunes bacheliers envoyés en brousse pour une indemnité de 50.000CFA/mois seulement (76 euros) a largement contribuer à aider ces populations rurales qui ont de grandes difficultés à envoyer leurs enfants à l'école. Les conditions d'enseignement dans les campagnes sont néanmoins très difficiles. Faire acheter un stylo à 100CFA (0,15 euros) à un enfant tient du miracle et Ne parlons donc même pas des livres même si maintenant le gouvernement à travers les communes d’arrondissement commencent à prendre en charge le matériel scolaire en début d’année. Par exemple dans ma localité à Mbao le maire prend en charge les fournitures et prend même la responsabilité d’insérer dans les centres professionnels les enfants qui ne fréquentent plus l’école pour k’il se tape un métier.
Dans les endroits les plus excentrés, il n'y a qu'un seul niveau de classe pour tous les élèves qui étudient avec une simple ardoise sous une paillote. Les meilleurs élèves comme les moins bons sont donc vraiment pénalisés. La région de Tambacounda, la plus grande du Sénégal, compte deux collèges publics et un lycée public !!! Beaucoup n'ont pas les moyens d'envoyer leurs enfants en pension ou dans des familles. Ici, les catholiques Bassaris et Tendas-Bediks sont favorisés puisque souvent les missions catholiques envoient à leur frais les meilleurs élèves dans les meilleures écoles du pays. A Dakar, il est assez rare de voir un enfant ne pas parler français. A part dans les quartiers les plus pauvres comme Ngor, Pikine, Yoff-pêcheur, la situation est plutôt bonne quand à l'enseignement primaire.
Maintenant il y a des solutions car beaucoup d’établissements créent des jumelages avec des écoles françaises ou précisément européenne comme ça il ya des envoies de matériels scolaires ou bien beaucoup d’autres matériels utiles à la bonne marche de l’éducation

17:40 Publié dans Sénégal | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Tout cela est vrai. Mais il faut dire que la situation s'est quand même bien améliorée ces dernières années. Les efforts du pays en faveur de l'éducation de ses enfants est quand même remarquable puisque l'Etat y consacre maintenant 40 % de son budget. Le taux de scolarisation avoisinerait les 78 %. Certes il y a encore beaucoup à faire, notamment sur la qualité de l'enseignement et des moyens mis à la disposition des enseignants et des enfants..... Mais tout ne peut se faire en un jour. Soyons optimistes et gageons que de nombreux et conséquents progrès se feront dans les années qui viennent.

Écrit par : JCG | 24/04/2007

Les commentaires sont fermés.